Où sont les femmes en sciences pures et appliquées?

EFFET CISEAU

Au Canada, les femmes constituent 24 % des étudiants au baccalauréat en physique, informatique, génie et mathématiques et 31 % des étudiants à la maîtrise. Mais par la suite, la proportion baisse et seulement 9 % des professeurs agrégés sont des femmes. « C’est l’effet ciseau », expliquent les organisatrices de Femmes en physique Canada, Marie-Eve Boulanger, étudiante à la maîtrise, Sophie Rochette, étudiante au doctorat, et Maude Lizaire, étudiante à la maîtrise. « On a plus de femmes qu’avant comme étudiantes, mais elles ne restent pas pour devenir professeures. Il y a des choses à changer dans le monde de la physique. »

MENTORAT

La plus grande facilité des hommes en physique, en maths et en génie à devenir professeurs peut être liée aux habitudes sociales. « Pour réussir, il faut souvent avoir un mentor », explique Debra Major, psychologue à l’Université Old Dominion, en Virginie, interviewée depuis le congrès à Sherbrooke. « Mais les jeunes professeurs ont plus de facilité à organiser des activités informelles avec les professeurs plus vieux, plus influents. Il s’établit souvent des relations individuelles intenses. Les femmes préfèrent les activités formelles, les clubs, les conférences. Nous pensons que si on encourage les professeurs à servir de mentors à plusieurs étudiants dans des structures plus

...

La suite...

....

Lien source - http://www.lapresse.ca/rss/986.xml -

- Catégorie - En Vrac - La Presse.ca -

Vous aimerez aussi...